mercredi 24 décembre 2014

CONSEIL MUNICIPAL DU 18 DECEMBRE 2014


INTERVENTION VERONIQUE MONGE

DELIBERATION 1 : 
APPROBATION DU REGLEMENT DU FONDS MUNICIPAL D’AIDES DESTINEES A L’AMELIORATION DE L’HABITAT PRIVE ET A LA MAITRISE DE L’ENERGIE

Madame  Le Maire, 
Lors du conseil municipal d’octobre 2013 je vous avais proposé, dans le cadre de ma délégation de maire adjoint à l’époque, la convention donnant naissance au Programme d’Intérêt général pour lequel vous nous proposez ce soir d’adopter le règlement d’attribution des aides.
Le Programme d’intérêt général doit permettre d’accompagner les propriétaires à l’amélioration des logements sur l’ensemble de la ville, et non pas limité à des quartiers comme c’était le cas avec les OPAH. Les orientations principales en sont : l’amélioration énergétique et le traitement de l’habitat indigne et très dégradé.
Ce dispositif est issu du programme local de l’habitat que nous avons mis en place sous notre mandat, en 2011,  ainsi que de l’Agenda 21.
Il vise l’amélioration de 1200 logements à Colombes. C’est donc un dispositif important pour notre ville qui à la particularité de disposer d’un parc de logements privés ancien, souvent vétuste et dégradé, 
Un parc qui sert d’accueil en début de parcours résidentiel  avec le constat à Colombes de nombreuses situations de précarité énergétique c’est à dire que plus de 10% des ressources des ménages sont affectées au paiement des factures d’énergie et en conséquence un report sur la demande d’accès à un logement social.
Le règlement que vous proposez ce soir semble poursuivre le travail que nous avions engagé avec une préoccupation, cependant, qui demeure pour moi. 
Dans le cadre de ce programme nous avions souhaité un soutien et un accompagnement particulier des copropriétés du quartier des Fossés Jean pour qu’elles puissent, elles aussi, bénéficier de la dynamique engagée avec le projet ANRU. Le quartier des Fossés Jean se caractérise par d’importantes copropriétés qui ont des difficultés à faire face aux travaux de modernisation nécessaire pour leur assurer une attractivité et une viabilité. Le parc social va connaitre une réhabilitation, des constructions neuves vont voir le jour et il est important que les copropriétés trouvent elles aussi toutes leurs places dans cette revalorisation du quartier.
Je ne retrouve rien de précisé dans le règlement à ce sujet alors même que sur ces copropriétés seules les aides financières assureront un effet financier levier pour des travaux. C’est ce que nous avions fait par exemple pour la résidence du 9 Paul Bert située en entrée de ville et relevant d’un patrimoine historique.

Quels engagements prenez-vous pour ces copropriétés ?

Je vous remercie,

CONSEIL MUNICIPAL DU 18 DECEMBRE 2014


INTERVENTION VERONIQUE MONGE 

DELIBERATION 2 :

DELEGATION D’ATTRIBUTION DU CONSEIL MUNICIPAL AU MAIRE 
DANS LE DOMAINE DES MARCHES PUBLICS

Mme Le Maire, 

Cette délibération atteste une nouvelle fois de votre faible enclin au débat et aux démarches de travail concertées. Vous voulez vous exonérer de la collégialité et de la transparence que permet le conseil municipal et vous octroyer les pleins pouvoirs en matière de marchés publics quels que soit le montant. Ce que bien entendu je trouve inacceptable au plan démocratique d’autant plus que nous avons des conseils municipaux chaque mois et donc un rythme de prise de décision qui ne nuit pas à l’efficacité dans la gestion des affaires.

Je voterai contre cette délibération,

Je vous remercie

mardi 23 décembre 2014

CONSEIL MUNICIPAL DU 18 DECEMBRE 2014


DELIBERATION 6 à 8 : 

BUDGET CENTRE SPORTIF DU PARC LAGRAVERE

INTERVENTION VERONIQUE MONGE 



Mme Le Maire, 

Ces délibérations portent sur des ajustements de fin d’exercice en vue de la clôture budgétaire. Concernant le centre sportif Lagravère vous procédez à un ajustement qui m’amène à vous interpeler sur la nature de vos intentions. 
Quel sort, Madame le maire, allez vous réserver au centre sportif de Colombes ? On connait vos propos pour défendre en théorie le sport à Colombes. Mais que va-t-il en être concrètement et réellement dans les mois à venir quand on voit le sort que vous faites à vos engagements électoraux ? 
Le centre sportif est comme le centre municipal de santé un service public déficitaire. Il est équilibré grâce à un financement de la ville à  hauteur de prés de 2 millions d’€. C’est beaucoup. C’est un financement deux fois plus élevé que celui du centre municipal de santé. 
Est-ce le prochain service que vous allez détruire ? 
Les 40 prochains postes d’agents communaux que vous allez supprimer ? 
Quand allez vous annoncer que le sport peut se pratiquer dans des structures privées et que la collectivité n’a pas à financer ce centre sportif au regard de son cout ?
Madame le Maire vous ne pouvez pas continuer à avoir comme seule posture la suppression de services, sans dialogue, sans concertation, pour faire face aux contraintes que connaissent toutes les communes. Surtout lorsque ces services répondent à un vrai besoin des habitants comme c’est le cas du centre sportif et du centre municipal de santé.
Je vous remercie

lundi 22 décembre 2014

CONSEIL MUNICIPAL DU 18 DECEMBRE 2014


INTERVENTION VERONIQUE MONGE

Délibération 24 :  Tableau des effectifs 
suppression des postes du Centre Municipal de Santé



Je  travaille en collectivité depuis plus de 20 ans et je suis élue depuis 6 ans. Je suis une fonctionnaire et une élue. J’ai de la fonction de maire une haute opinion.
Parce qu’il est un élu du peuple et porte une grande responsabilité vis-à-vis  des habitants de sa ville,
Parce que le maire est rassembleur, fédérateur, qu’il écoute sa ville. 
Parce que Le Maire pour moi incarne l’intérêt général.
Ce soir et ces derniers jours j’ai le sentiment de vivre une toute autre réalité. Vous n’êtes pas ce maire là. Cette délibération est incompréhensible, votre décision est incompréhensible. 
6000 signataires des pétitions contre la fermeture des spécialités de médecins,
Une forte mobilisation des colombiens il y a 15 jours, le 6 décembre dernier dans les rues de Colombes
La demande répétée des professionnels, des syndicats de l’ouverture d’un dialogue,
Une lettre de la ministre Marisol Touraine vous assurant de l’engagement d’un travail permettant de nouvelles recettes et la viabilité de l’équipement,
L’annonce de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine lundi soir dernier du classement du quartier des Canibouts comme quartier prioritaire au regard des difficultés sociales qu’il rencontre,
Y compris des informations sur les recettes de la ville qui, finalement, vont bien bénéficier de la compensation fiscale liée au départ de Thalès à hauteur de 2.4M€ comme nous l’avions prévu.

Rien ne vous fait bouger. Vous campez sur votre position de départ, imperturbable. Vous ne laissez même pas la place au dialogue, au report de la décision au regard de l’ensemble des ces éléments nouveaux.  
Tout cela est totalement irrationnel, un entêtement inexplicable, comme un caprice, ou une revanche, peut être, suite à l’échec que vous aviez essuyé en 2005.
Mais, derrière une telle décision il y a des hommes et des femmes, ceux et celles qui travaillent au Centre Municipal de Santé, pour la plupart depuis très longtemps, avec un grand dévouement, un personnel investi qui a tissé des liens, par sa proximité, avec le quartier, avec les Colombiens. Et il y a tous ceux qui viennent au quotidien se soigner dans cet équipement et qui demain n’auront plus cette facilité d’accès à la santé avec toutes les incidences imaginables.
Vous balayez tout cela d’un revers de main comme si vous vouliez marquer l’insignifiance de la santé pour  les plus modestes.
C’est une posture inacceptable. Vous ne défendez pas l’intérêt général. Vous ne défendez pas le bien public au service des besoins les plus élémentaires. Vous ne défendez pas l’équité. 
Le Maire se doit d’assurer le lien entre la République et  l’individu. Par cette décision  vous rompez ce lien.
21 postes ont supprimés et vous le faites sans même respecter les principes et  les obligations du dialogue social. Aucune transparence n’est assurée dans cette décision qui s’en trouve de fait illégale. Vous ne prenez pas le temps de la consultation des organisations syndicales qui est un passage obligé lors de suppression de poste.
Vous vous appuyez sur un budget annexe déficitaire mais le sentiment que j’éprouve est celui d’une manipulation à partir de données comptables, avec pour seule finalité de détruire ce service à la population.
En 2005, vous avez crée un budget annexe. Ce budget autonomise les dépenses et les recettes en lien avec le service proposé. Il a pour effet d’inciter à le considérer comme un budget devant être équilibré. Mais c’est avant tout un service public qui pourrait disposer des financements issus de la fiscalité comme tout autre service public. Les recettes sont à améliorer, je ne le nie pas, mais s’appuyer sur le déficit pour supprimer ce service sans apprécier sa fonction sociale, sa place dans notre ville, les besoins auxquels il répond n’est ni juste, ni responsable.
 
Madame Goueta je vous demande, en votre qualité de maire et d’élu du peuple, d’entendre les expressions de ces dernières semaines qui appellent toute à un tour de table pour se mettre au travail et à reporter votre décision.

Engagez le dialogue et créez les conditions d’examen des possibilités d’amélioration de la situation pour assurer la pérennité de cet équipement dans un quartier qui en a besoin.

Je vous remercie

CONSEIL MUNICIPAL DU 18 DECEMBRE 2014


INTERVENTION VERONIQUE MONGE

Délibération 26 : 
Attribution à CHP d’une subvention pour la réalisation 
de 15 pavillons aux grèves 

Délibération retirée par le maire au moment du vote, des écarts d’appréciation apparaissant entre Mme Coblentz, adjointe à l’habitat et le Maire sur la réponse à apporter……

A suivre…….

Mme le Maire,
Vous nous sollicitez ce soir sur le financement de logements sociaux et sur le principe je ne peux que m’en féliciter. Nous avions travaillé ce projet de pavillons  aux  Grèves avec la volonté d’apporter des logements diversifiés mais aussi de permettre aux familles qui vivent sur ce quartier, qui y sont attachées, qui apportent la diversité recherchées de pouvoir y rester en accompagnant leur parcours résidentiel et en leur permettant d’accéder à un pavillon.
Dans ce sens nous devions disposer, en contrepartie du financement par la ville de cette opération, de 5 logements. 3 au titre de la garantie d’emprunt (20%) et 2 au titre de la surcharge foncière. Ces 5 logements réservés à la ville permettaient d’accompagner les familles colombiennes dans l’accès à un pavillon.
Or votre proposition ce soir est de ne réserver qu’un seul logement. 
Pourquoi ce choix ? 
Pourquoi vous priver de logements alors que vous avez plus de 3800 demandeurs de logements en attente et que plusieurs familles ont d’ores et déjà manifesté leur souhait d’un parcours résidentiel sur ce type de produit ?

Pourquoi ne pas vouloir répondre aux besoins des colombiens ?

Je vous remercie,

CONSEIL MUNICIPAL DU 18 DECEMBRE 2014


INTERVENTION VERONIQUE MONGE 

DELIBERATION 23 : 

MODIFICATION DU REGIME INDEMNITAIRE DES AGENTS

Mme Le Maire, 
Je ne vais pas revenir sur l’ensemble des éléments donnés par mes collègues sur la politique de personnel que nous avons défendu. Elle voulait apporter de la justice, de l’équité et de la sécurité pour le personnel municipal. 
Vous vous êtes empressée de supprimer la NBI en plein été mettant en difficulté les agents qui en bénéficiaient dans un contexte économique que l’on sait difficile en arguant de son caractère illégal sans vous poser à aucun moment la question de l’impact pour les familles. Tout cela alors que des solutions existaient comme on le voit ce soir. 
480 agents  vont pouvoir disposer de l’indemnité d’administration et de technicité et c’est une bonne  chose. 
Mais cela montre bien que la précipitation n’avait pour seul objet que de semer le doute sur la gestion qui avait été la notre et de faire des économies sur le dos des agents en vous cachant derrière les recommandations de la CRC. 
Pendant ce temps 4 mois d’indemnités sont perdues pour ces agents.
Qu’allez-vous faire pour les 450 autres agents qui ne vont pas bénéficier de l’IAT ?
Je vous remercie

... DEMANDE D'INTERVENTION SUR NOTRE BLOG D'UN COLOMBIEN....

....concernant  le déroulement du dernier Conseil Municipal  auquel nous répondons favorablement.


Madame, Monsieur
Pourriez-vous vous faire l'écho de mon point de vue sur le dernier conseil Municipal .
Vous remerciant d'avance

M. Auguste DESIXT


LA DÉMOCRATIE EN DANGER.
Un bien étrange Conseil Municipal que celui qui s'est tenu le 18 décembre 2014 à la Mairie de Colombes. Que dire de Madame Goueta qui s'adressant au banc de l'opposition et plus particulièrement à celui du PS parle de la politique de "VOTRE" président.... Comment un représentant de la république peut-il ne pas reconnaitre comme légitime le Président de la république pourtant élu au suffrage universel.  Que dire des électeurs de madame GOUETA qui applaudissent à l'annonce de la disparition des médecins spécialistes du Centre Municipal de Santé; alors que plus d'un Maire se bat pour qu'un médecin exerce dans sa commune.  Madame le Maire de Colombes ne serait-elle que le Maire des électeurs qui l'ont élue et ignorer la moitié des habitants de colombes qui n'on pas voté pour elle. Quel bel exemple de démocratie.    

CONSEIL MUNICIPAL DU 18 DECEMBRE 2014


INTERVENTION VERONIQUE MONGE 

DELIBERATION 22 : 

RETABLISSEMENT DE LA PRIME D’INSTALLATION

Mme Le Maire, 

Le rétablissement de la prime d’installation………elle est avant tout une délibération de comm. 
Vous voulez par cette disposition donner à penser que vous êtes un maire attentif aux préoccupations des agents, à leur situation sociale.
C’est je trouve une politique de l’endormissement que vous pratiquez.
Madame le maire personne n’est dupe. A qui servira cette prime alors que vous ne renouvelez pas les contrats du personnel, que vous supprimez les postes, que vous désorganisez les services rendant l’attractivité de colombes très dégradée. 
Cette mesure n’a malheureusement guère de sens, elle n’est nullement intégrée à une politique de personnel. C’est une mesure qui ne cache pas le  peu de considération que vous portez au personnel communal.
Je voterai POUR, bien entendu, mais je serais curieuse dans un an de savoir à combien d’agents vous avez été en mesure de réellement l’accorder.
Je vous remercie

dimanche 21 décembre 2014

CONSEIL MUNICIPAL du 18 décembre 2014



Communiqué du comité des usagers du Centre Municipal de Santé 
lu par Véronique Monge Conseillère Municipale.


Colombes, Le 18 décembre 2014

Le comité des usagers du Centre Municipal de Santé souhaite faire part au conseil municipal de sa plus vive préoccupation à l'égard de la fermeture annoncée dans m’équipement, des consultations de spécialité, dentaire, radiologie et soins infirmiers. 
Dans un quartier souffrant d'un important déficit d'accès aux soins, où vit une population peu favorisée, le désengagement de la mairie du Centre Municipal de Santé va contribuer à détériorer la santé des Colombiens. 
Malgré des installations médicales récemment acquises et une modernisation de l'accueil opérée il y a 6 ans seulement (inaugurée par vous-même), le CMS est ainsi menacé d'une perte de recettes qui va aggraver le déficit même qui vous sert de prétexte à cette prise de décision. 
Le comité des usagers du CMS entend protester contre cette mesure décidée brutalement, allant à l'encontre de la logique sanitaire, menée sans aucune concertation avec les professionnels de santé et qui va aggraver l'état de congestion des cabinets médicaux et urgences hospitalières déjà saturés. 

Par conséquent, le comité des usagers du CMS demande à Madame la maire de suspendre immédiatement la fermeture annoncée des consultations et d’engager un travail avec les représentants du personnel et les professionnels qui souhaitent vous mettre en garde contre les risques encourus avec cette décision, si elle est finalement maintenue. 

Plusieurs milliers de soutiens ont été recueillis et sont réunis dans une pétition que nous vous remettons aujourd'hui. 

Le comité des usagers du CMS
comité.usager.cms@sfr.fr

mercredi 17 décembre 2014

LES 440 SIGNES.....pour "Colombes MAG"


Les 440 signes de cette tribune sont les derniers de l’année 2014, et nous souhaiterions qu’ils soient porteurs d’optimisme.

Un vain mot dans la période actuelle, presque tabou. « Crise, inquiétudes, difficultés, perte de confiance… » domine tellement au quotidien, conduit les plus vulnérables au repli, et beaucoup d’autres à baisser les bras.  Et le politique n’échappe pas à cela !  

Il nous faut redonner du sens, une place à l’initiative, à la volonté, prendre d’autres chemins pour avancer. Chacun peut en être porteur. Et le politique doit en être le fédérateur. A Colombes comme ailleurs ces chemins doivent émerger….

L’engagement citoyen est une autre et belle façon de s’impliquer, de porter une parole politique par l’action. Il est un engagement vis-à-vis de l’autre, du collectif.

Les mobilisations contre la fermeture des consultations de médecine spécialisée du centre municipal de santé  à Colombes ont été une belle démonstration de ce que peut être l’engagement citoyen.

Des pétitions ont été signées par prés de 6 000 citoyens. Les habitants et même plutôt des habitantes, un groupe d’une quinzaine de femmes, ce sont mobilisées pour alerter, sensibiliser sur leur quartier. Des initiatives conduites par les professionnels de la santé autour d’un café chaud pour expliquer et mieux faire connaitre ce centre ont trouvé un écho auprès des habitants.

L’implication s’est faite à différents niveaux mais avec le même objectif de défendre le collectif, le bien public. Là, elle s’est fédérée « contre » une décision. Mais la mobilisation  a avant tout montré qu’il était possible de s’engager pour défendre quelque chose qui « nous » concerne.

La force de cette action a été dans l’intention qu’elle a portée à ce bien public sans parti pris partisan.

L’engagement citoyen est une autre façon de faire de la politique, plus spontanée, un engagement qui se construit hors des partis politiques et de leurs structures, ou plutôt à coté des partis politiques, qui se co-construit avec les citoyens, qui redonne du pouvoir d’agir individuel et collectif.

Il ne s’agit pas d’opposer les uns et les autres mais d’accepter que d’autres formes puissent exister et de les développer pour faire échec à la crise politique et démocratique que traverse notre pays.

La démocratie représentative va mal si l’on se réfère aux taux d’abstention aux élections (même locales ! je rappelle qu’aux élections municipales de mars 2014 la grande gagnante est l’abstention avec 18 858 électeurs qui ne se sont pas déplacés). Et les prochaines élections départementales et régionales de 2015 sont déjà annoncées comme risquant d’être désertées par les électeurs.

La montée au plan national des non inscrits sur les listes électorales en est un autre signe.

Les démarches citoyennes comme celle que défend l’association Citoyens Autrement  doivent encore trouver leur place dans le paysage politique. Sous la mandature de Philippe Sarre, Citoyens Autrement a  été un collectif composé de 6 élus n’appartenant pas à un parti politique. En 2012 nous avons crée l’association du même nom avec cet objectif de promouvoir un engagement citoyen différent. Aujourd’hui, 9 mois après les élections municipales, notre envie et notre volonté de poursuivre sur ce chemin est renforcée par la vision sectaire et le peu de place laissée à l’expression démocratique par la nouvelle équipe municipale de Mme Gouéta.

Notre démarche  est différente d’un parti politique mais elle est une démarche politique. Elle prend son sens à l’échelle municipale qui fait le plus écho à l’engagement citoyen, à la participation des habitants que nous recherchons.

Notre volonté est de construire un « espace public » qui permette de porter et de co-élaborer de l’initiative citoyenne locale. Vous avez été nombreux au fil du temps à marquer un intérêt pour cette façon d’agir.

Nous souhaitons, en 2015, poursuivre, avec tous les citoyens, sur cette voie des chemins non tracés avec toujours pour objectif de redonner confiance en la démocratie. Une année qui s’annonce donc sous le signe de l’échange, des projets et nous l’espérons des réussites pour une ville qui reste dynamique et solidaire, une ville pour tous.

dimanche 14 décembre 2014

POUR LE MAINTIEN DU CENTRE MUNICIPAL DE SANTE...

ce dimanche 14 décembre 2014 sur les marchés de la ville,


 comme ici au Petit-Colombes, distribution de 
l'appel au rassemblement du 
18 décembre à l'Hôtel de Ville

samedi 13 décembre 2014



Extraits de la lettre ouverte adressée à Madame le Maire de Colombes le 28 Novembre 2014

"Madame la Maire, nous refusons votre projet de démantèlement du centre de santé présenté par la direction du CMS devant les agents du centre, alors même qu’aucune concertation n’a été engagée ni avec eux ni avec les Colombiens avant cette décision. 

Madame la Maire, nous exigeons que vous suspendiez immédiatement ce projet ! 

Nous exigeons qu’une délégation du Comité de Défense du CMS, du Comité des Usagers du CMS et des syndicats soit reçue par vous dans les plus brefs délais en vue d’une concertation sur les moyens d’assurer la pérennité du CMS, à travers une amélioration de l’efficacité et de la qualité des services rendus à la population

Et à cet effet, nous exigeons que soit rendu public le rapport d’activité du Centre de Santé afin de faire connaître le détail des recettes (y compris les subventions reçues) et dépenses actuelles.  

Rendez le Centre de Santé de Colombes aux Colombiens ! 
Dans l’attente de votre réponse, veuillez croire Madame, en l’expression de nos sentiments distingués. 
Le comité de défense du CMS de Colombes "

TOUJOURS PAS DE REPONSE

mercredi 10 décembre 2014

CONSEIL DE QUARTIER - "GREVES PETIT COLOMBES"




A l'occasion de la première réunion du Conseil de quartier "Grèves-Petit-Colombes", il a été demandé au Vice-Président de bien vouloir inscrire à l'ordre du jour la motion ci-contre, concernant le Centre Municipal de Santé de Colombes. 
(voir articles précédents sur notre blog)


Le Vice-Président et les élues de la majorité Municipale présents ont estimé que cela  n'était pas du ressort de cette assemblée et n'ont pas voulu que cette motion soit prise en compte et quelle pouvait être présentée en fin de  réunion.
  

CETTE MOTION PRESENTEE A L'ISSUE DU CONSEIL, ET COMME VOUS LE 
CONSTATEZ A ETE  
APPROUVEE 
PAR LA MAJORITE 
DES MEMBRES.








Motion 
présentée au Conseil de Quartier 
« Petit Colombes - Grèves » 
réunion du 9/12/2014


La municipalité a décidé unilatéralement de fermer les consultations 
spécialisées du Centre Médical de Santé alors que l'offre de soins est 
insuffisante dans  la  ville  et  plus  particulièrement  dans  notre  
quartier  « Petit-Colombes - Grèves ».

Nous rappelons que celui-ci est resté en politique de la ville, démontrant ainsi que de grandes inégalités sociales perdurent voire s'aggravent.

Les responsables politiques locaux ne peuvent ni ne doivent ignorer cette situation et en accentuer par leur décision les effets délétères.

Habitant-e-s du quartier Petit Colombes-Grèves et membres du Conseil de Quartier nous nous élevons contre cette décision qui rend plus difficile l'accès aux soins et à la prévention pour tous les habitants et plus encore pour la population vivant dans la difficulté si ce n'est la précarité.

Nous  demandons  le maintien des consultations de spécialité, 
dentaire, radiologie et soins infirmiers au 
Centre Municipal de Santé de notre ville.

*********





lundi 8 décembre 2014

La "MANIF" pour dire non à la fermeture....

des consultations de spécialistes au Centre Municipal de Santé.

Quelques photos de cette Marche du 6 décembre.



dimanche 30 novembre 2014

Le droit à la Santé pour tous !


CONCERTATION - LETTRE OUVERTE à Madame GOUETA



 Colombes, le 28 Novembre 2014 
Madame Nicole Goueta 
Maire de Colombes 
Copie à Madame Nora Djellab 
Adjointe au Maire 
Affaires sociales, Cohésion sociale, 
Dépendances, Santé. 
Copie à Madame Guénola de la Seiglière 
Conseillère municipale, 
Prévention santé, CMS, Atelier santé jeunes 
Copie à Monsieur Laurent Besse 
Directeur Général des Services 
Ville de Colombes 
Copie à Madame Marie Françoise 
Vézin 
Directrice du CCAS de Colombes 
Directrice du CMS de Colombes 




Madame la Maire,  
Voici plusieurs mois, vous avez sollicité et obtenu la confiance des citoyens de Colombes pour endosser la lourde charge que représente la gestion des affaires municipales. 
Depuis votre prise de fonction, vous semblez refuser de prendre en considération le dossier santé de la ville et demeurez insensible au sort des plus démunis des habitants de Colombes. 
En effet, en contradiction avec vos engagements pris durant la campagne, une de vos premières décisions consiste à démanteler le Centre Municipal de Santé (CMS). 
Celui-ci, ouvert à tous les habitants, représente une offre de santé de proximité irremplaçable dans un quartier défavorisé de Colombes délaissé par les médecins, et où les indicateurs de santé sont préoccupants par rapport à la moyenne départementale et nationale (en ce qui concerne notamment la mortalité infantile, les cancers et notamment celui du sein [« IDF : profil socio-sanitaire en 2010 », ORS IDF]). La suppression annoncée des consultations de spécialistes, dentistes et de la radiologie va créer un désert médical à Colombes en éliminant de la carte sanitaire un élément essentiel de l’accès aux soins pour les habitants et tout particulièrement les plus précaires. 
Cette fermeture précipitée et sans concertation, tant avec les administrés qu’avec les personnels du Centre Municipal de Santé, plonge les malades dans l’incertitude quant à leur prise en charge médicale et suscite un mécontentement partagé par de très nombreux Colombiens. Elle va augmenter l’état de précarité de toute une partie de nos concitoyens. 
Elle va contribuer à placer les consultations et les urgences de l’hôpital public Louis Mourier mais aussi les consultations des médecins libéraux de la ville dans une situation d'engorgement encore plus marquée, puisque le CMS reçoit déjà au quotidien, des patients que nous adressent nos collègues hospitaliers et libéraux.
Vous invoquez des raisons purement financières. Mais votre décision va priver le CMS de recettes importantes ! Et le CMS n’a pas plus de raison commerciale que les autres services publics municipaux. Que vont devenir les investissements consentis : rénovation de l'accueil (inauguré par vous en 2007), acquisition du mammographe (en 2003), de l’échographe (en 2010), numérisation de la radiologie (en 2012) ? Que doivent penser les Colombiens de cette façon de gérer le budget municipal ? Quel avenir pour l’ensemble du personnel communal, particulièrement celles et ceux qui exercent des fonctions médicales ou paramédicales ? 
Vous prétendez que la santé n’est pas une compétence des mairies : est-ce à dire que vous entendez supprimer également les crèches et les foyers de personnes âgées ? 
Madame la Maire, nous refusons votre projet de démantèlement du centre de santé présenté par la direction du CMS devant les agents du centre, alors même qu’aucune concertation n’a été engagée ni avec eux ni avec les Colombiens avant cette décision. 
Madame la Maire, nous exigeons que vous suspendiez immédiatement ce projet ! 
Nous exigeons qu’une délégation du Comité de Défense du CMS, du Comité des Usagers du CMS et des syndicats soit reçue par vous dans les plus brefs délais en vue d’une concertation sur les moyens d’assurer la pérennité du CMS, à travers une amélioration de l’efficacité et de la qualité des services rendus à la population
Et à cet effet, nous exigeons que soit rendu public le rapport d’activité du Centre de Santé afin de faire connaître le détail des recettes (y compris les subventions reçues) et dépenses actuelles. 
Rendez le Centre de Santé de Colombes aux Colombiens ! 
Dans l’attente de votre réponse, veuillez croire Madame, en l’expression de nos sentiments distingués. 
Le comité de défense du CMS de Colombes 
L’Union Syndicale des Médecins de Centre 
Le Comité des Usagers du CMS de Colombes 
La CFDT 
L’UNSA 
La CGT 


dimanche 23 novembre 2014

Des habitants de Colombes, des "Citoyens autrement" 
dans la ville, sur le terrain, pour dire
NON A LA FERMETURE 
des consultations de spécialistes au CMS






SIGNEZ LA PETITION



samedi 22 novembre 2014

vendredi 21 novembre 2014



Au Centre Municipal de Santé de Colombes, Madame le Maire a confirmé son souhait de fermer dès le 1er janvier 2015 les consultations spécialisées du Centre Municipal de Santé.



Des Habitants de la ville, l’association “Citoyens Autrement”,
Véronique Monge Conseillère municipale,
veulent vivre la ville autrement et dénoncent cette décision et
se mobilisent au côté des personnels pour dénoncer et
empêcher la mise en oeuvre de cette décision.

SIGNER LA PETITION  

jeudi 20 novembre 2014

Rencontre avec les locataires du 176 Bd Charles de Gaulle à Colombes


Samedi 15 novembre Interpelée par des habitants du 176, Bd Charles de Gaulle Véronique Monge et des représentants de notre association "Citoyens Autrement"se sont rendus  sur place.
Voir courrier ci-dessous





samedi 15 novembre 2014

CONSEIL MUNICIPAL DU 13 NOVEMBRE 2014


INTERVENTION VERONIQUE MONGE 

DELIBERATION 5 à 23 : BUDGET SUPPLEMENTAIRE


Mme Le Maire, 

Comme vous l’avez fait lors du compte administratif en juin, vous voulez jeter ce soir encore le doute sur la gestion qui a été la notre de 2008 à 2014. Vous utilisez un vocabulaire accusatoire en portant le message d’une mauvaise prévision des dépenses de masse salariale, de dérapage, de dépenses insoutenables et en caractérisant le budget 2014 d’insincère vous obligeant à mettre en place « un plan d’économie » que, vraiment, vous vous seriez dispensée de mettre en œuvre si la situation avait été saine. 
Mais ce sont vos propos qui sont insincères madame le maire. Vous tordez la réalité pour détruire un  service public qui est construit au plus près des besoins des habitants. Et vous n’assumez pas votre politique en voulant faire croire que vous y êtes contrainte par une situation financière asphyxiante.
Les documents remis ce soir montrent une autre réalité. 
Le résultat de l’exercice 2013 est de 30 millions d’euros. Je ne crois pas que l’on puisse parler de mauvais résultat à ce niveau. Vous faites le choix d’utiliser ce résultat dans son intégralité pour baisser l’emprunt. 
C’est votre stratégie. Votre choix. Et là on peut parler de mauvais choix. 
Vous auriez pu affecter une partie du résultat aux dépenses de personnel par exemple. Mais vous préférez sacrifier des emplois et du service public pour réduire le niveau de l’emprunt. C’est un choix que vous devriez assumer plutôt que de laisser à penser que vous êtes obligée de mettre en place un plan d’économie drastique et immédiat. 
Un autre chiffre est très parlant et d’ailleurs vous ne le mettez pas vraiment en valeur. 
Il vous gène peut être. 
C’est celui des recettes nouvelles inscrites à ce budget supplémentaire : elles s’elèvent à près de 1.7 millions d’euros en fonctionnement sans prendre en compte les cessions foncières qui de ce que j’ai compris correspondent à des régularisations comptables. 1.7 millions d’euros, madame le maire, ça n’est pas rien. La ville bénéficie :
  • de recettes fiscales supplémentaires par rapport à ce qui était prévu au budget pour un montant de 1 million d’euros. 
  • de 336 000€ supplémentaires sur les dotations et la péréquation suite aux notifications définitives de l’état qui n’étaient pas connues au moment du vote du budget.
  • Et de plus de 300 000€ de produits exceptionnels et autres produits de gestion courante.
Vous parler d’un  plan d’économie comme unique recours pour financer les dépenses de personnel qui n’avaient pas été budgétées. 
Mais des recours il y en avait d’autres. Vous auriez pu faire le choix d’affecter une partie de ces recettes aux dépenses nouvelles de personnel.

Vous parlez d’insincérité du budget  du fait d’une sous évaluation des dépenses de personnel sans indiquer que depuis son vote de nouvelles mesures se sont imposées aux collectivités et à Colombes comme c’est le cas tous les ans.

Et notamment des dépenses liées au décret paru tardivement sur la revalorisation de la grille indiciaire des catégories B et C ou la hausse du SMIC. 

Vous parlez encore d’insincérité parce que le budget ne prenait pas en compte les crédits nécessaires à la réforme des rythmes scolaires. Mais vous omettez de dire que, par sincérité, les recettes du fonds d’amorçage n’étaient pas non plus inscrites. 

En mars au moment du vote du budget le travail d’évaluation des dépenses liées à la nouvelle organisation du temps périscolaire était en cours et nous souhaitions une présentation globale dépenses –recettes pour donner la meilleur visibilité possible. D’ailleurs on voit se soir que cette attaque tombe aussi puisque le fonds d’amorçage couvre le financement des nouveaux temps d’activités scolaires.

Un budget se vote sur la base des dépenses et recettes connues. Le budget supplémentaire ou les décisions modificatives servent à ajuster, au fil de l’année, ce 1er vote et à prendre en compte les inscriptions qui n’étaient pas prévisibles.
C’est ce que nous avons toujours fait en recherchant le plus juste équilibre pour maintenir un niveau de service public utile à tous les colombiens, parce que c’est une valeur que nous défendons, et en étant très attentif à  la situation financière de la ville qui subit, comme toutes les collectivités, les impacts des réformes et décisions prises par les gouvernements successifs pour diminuer le déficit public. Nous n’avons pas minoré cette difficulté.

Le budget est un acte politique avant d’être un document comptable et financier. Et votre politique, celle que vous avez du mal à assumer, est rendu transparente ce soir. C’est une politique qui met à mal le service public, qui détruit de l’emploi public, une politique qui ne prend pas en compte le contexte économique et social difficile une politique d’exclusion. 
Je l’ai déjà dit ici gérer une collectivité est bien différent de gérer une entreprise. Il n’y a pas d’actionnaires, pas de dividendes, pas de rendement au sens productif du terme. Mais des services de proximité à rendre à la population, des besoins en écoles, en crèches, en équipements, de la qualité, de l’efficience. 
Sur la question du Centre Municipal de Santé et de la politique de Santé dont vous justifiez la suppression par le fait qu’elle relève de l’Etat, je vous rappelle que d’autres politiques, comme la sécurité, que vous décidez d’amplifier relève de l’Etat.

Et c’est cette conception bien différente qui fonde le service public. 
Ce budget supplémentaire est bien loin de porter cette conception.




Je vous remercie.